Randonnées autour du refuge

Boucle : refuge -pic du Crabère - pic de Canejan - vallon d'Albe - refuge

Durée : 4-5h, Difficulté : difficile (escalade de niveau III à IV bien exposé) matériel très conseillé. (corde de 30 m, anneaux de sangle).

Intérêt : belle course d'arête aérienne, panorama, réservé aux initiés équipés.

 

0h00 Du refuge prendre direction Ouest (à droite en sortant du refuge), le chemin balisé rouge et blanc suit une large croupe qui monte vers le col d'Auéran (2176 m) où l'on trouve des panneaux signalétiques.

0h45 Au col d'Auéran (2176 m) on découvre vers l'Ouest un joli panorama. A partir des panneaux on laisse  le GR 10 à droite pour prendre un chemin direction Sud qui suit maintenant une large crête qu'il ne faudra pas quitter notamment pour un chemin bien marqué qui fil en direction Sud Sud-ouest sous la crête et qui ne nous emmène qu'à d'anciennes mines. On garde à la fois la vue sur l'étang et la vue vers les sommets lointain à l'Ouest.

1h00 Au bout d'un bon quart d'heure à partir du col le chemin se raidi sensiblement et attaque la face Nord du Crabère par des lacets biens marqués qui mènent au sommet.

1h40 Au sommet la vue offre un 360°, des sommets andorrans à l'Est, aux pics des Hautes - Pyrénées à l'Ouest avec une vue imprenable sur le massif de la Maladeta et du pic de l'Aneto. Du sommet prendre la crête qui part à l'Est, il faut parfois poser les mains mais sinon elle ne pose pas de problème jusqu'à la « Petite brèche de Roland » cotée 2606 m.

1h50 Pour passer la brèche redescendre versant français juste quelques mètres et passer sur le « seuil » de la brèche. Regagner la crête à l'Est de la brèche par deux trois  pas d'escalade de niveau II-III que l'on trouve à quelques mètres à gauche de la brèche. Passage peu difficile mais exposé. Poursuivre pleine crête jusqu'à la rencontre d'un « gendarme ». À partir de ce moment l'escalade devient sérieuse avec un schiste délité pourri et une exposition dangereuse sur les deux versants.

2h00 Passer le « gendarme » en escaladant (Niveau III). Redescendre de l'autre côté avant de retrouver un passage raide qu'il faut à nouveau escalader. On se retrouve sur une arrête de plus en plus aérienne, après un petit passage horizontal il faut passer un nouvel obstacle, peut-être le plus difficile : Un rocher de schiste légèrement surplombant avec une fissure et un vieux spit. Deux solutions sont possibles : 1 : passer pleine crête encordé (niveau IV), où bien faire une traversée horizontale versant français sur environs 50 m pour regagner la crête par un petit couloir côté III-IV bien exposé. Pour s'assurer on peut utiliser des anneaux de sangles (présence de béquets).

2h40 Une fois sur la crête continuer pour redescendre une dizaine de mètres en désescalade puis on rencontre à nouveau un ressaut sans difficultés particulière. Ensuite un passage en légère montée nous amène au dernier gendarme (le pic de Canejan 2654 m). On accédera au sommet par deux trois pas d 'escalade (niveau III) puis plus facilement vers la fin.

2h50 Pic de Canejan (2654 m) : redescendre pleine crête en désescalade facile jusqu'à trouver un petit collet à partir du quel on peut soit continuer pleine crête (en quel cas il faut à nouveau escalader au milieu de vires herbeuses pas toujours évidentes) ou sinon un passage horizontale versant français nous permet de regagner la crête un peu plus loin sans difficulté. On peu continuer pleine crête jusqu'au portillon d'Albe en alternant randonnée facile et quelques passages où l'on peu poser les mains, le panorama est toujours superbe.

3h30 Du col du Portillon d'Albe (2457 m) redescendre versant français par des lacets dans un pierrier jusqu'à l'Étang d'Albe (on peut aussi passer quelques dizaines de mètres plus haut, au pied de barres rocheuses, dans un pierrier kairné). De l'Étang remonter le petit vallon pour trouver un chemin kairné qui prend la direction Nord. Le chemin d'abord mal marqué devient de plus en plus évident direction Nord-Est. Il passe un petit col côté 2384 m, redescend en lacet pour continuer dans des pelouses parsemées de blocs rocheux. Le chemin passe proche d'un petit lac côté 2283 m (parfois asséché en fin de saison). Rejoindre la Serre d'Araing dés qu' on peu (par mauvais temps attendre de rencontrer le GR 10 pour le suivre en direction de L'Ouest) et la suivre jusqu'à son point le plus bas où l'on retrouve le GR 10 avec des vestiges d'activités minières au col 2221 m.

4h15 Au col de la Serre d' Araing (2221 m) suivre le Gr 10 bien balisé direction Ouest jusqu' au refuge.

4h45 Refuge